Symptômes de l’infection urinaire : traitements et prévention

Infection urinaire

Plusieurs organes de votre système urinaire peuvent être touchés par l’infection urinaire. Parmi ces organes se trouve la prostate, l’urètre, les reines et la vessie. Les infections urinaires sont généralement plus fréquentes chez les femmes pour des raisons anatomiques. Les infections se prolifèrent au niveau de la vessie. Les cystites se caractérisent par une fréquente envie d’uriner ou de brûlures lors des mictions. Le plus souvent, l’infection urinaire est causée par l’Escherichia Coli qui est une bactérie. Pour le traitement des infections urinaires, les médecins utilisent en général des antibiotiques mais des remèdes naturels peuvent également être utilisés pour lutter contre ces maladies. Focus sur les symptômes, les préventions et les traitements de l’infection urinaire.

Une infection urinaire, de quoi s’agit-il ?

La cystite ou infection urinaire est une infection chronique ou aiguë d’un organe faisant partie de l’appareil urinaire. En effet, elle peut atteindre la vessie qui est le réservoir des urines, le rein qui fabrique l’urine, l’urètre qui est le canal situé en dessous de la vessie permettant l’évacuation des urines et la prostate, une glande située autour de l’urètre chez l’homme. Chez la femme, l’infection urinaire est plus fréquente pour des raisons anatomiques. En effet, le méat urinaire qui est l’orifice situé au bout du gland se trouve proche de l’anus chez la femme. C’est à cet endroit que les bactéries sont toujours présentes. Ces dernières peuvent remonter vers la vessie, le long de l’urètre et se prolifère dans l’urine. Les infections urinaires peuvent donc être favorisées par un défaut d’hygiène locale chez la femme.

Les infections urinaires sont moins présentes chez l’homme en raison de la distance qui sépare son méat urinaire de l’anus. En moyenne, la longueur de l’urètre chez l’homme est de 16 cm contre 2 cm seulement chez la femme. Un adénome de la prostate peut également provoquer dans la vessie une stase des urines. Vous obtiendrez d’autres informations supplémentaires sur www.femannose.com concernant les symptômes d’une infection urinaire.

Les causes d’une infection urinaire

La principale cause infection urinaire est le plus souvent les germes ou les bactéries faisant partie des entérobactéries. Ce sont des bactéries d’origine digestive. L’Escherichia Coli est responsable des 80 % des cas. Les calculs sont favorisés par le Proteus Mirabilis. D’autres bactéries plus rares peuvent également causer la cystite comme le Citrobacter ou l’Entérobacter par exemple. En effet, les urines constituent un excellent milieu où ces bactéries peuvent se multiplier. Contre les infections urinaires, l’organisme se met en défense en vidangeant la vessie. Pour assurer un meilleur débit urinaire, un apport d’eau suffisant est donc primordial. L’infection urinaire est liée à un manque de boissons dans la majorité des cas chez la femme.

D’autres facteurs de risque peuvent également être responsables de la cystite comme le fait de s’essuyer les parties intimes ou le derrière d’arrière vers l’avant. En effet, ce geste apporte des bactéries vers le méat urinaire. Le fait de ne pas aller aux toilettes après les rapports sexuels est également un autre facteur important. Cela permet d’évacuer la bactérie qui se sont introduites dans l’urètre lors du rapport sexuel. Parmi les facteurs favorisant la cystite se trouve aussi la constipation. Lorsque les matières fécales stagnent dans le rectum, cela se transforme en une source permanente d’infestation.

Comment faut-il traiter les infections urinaires ?

L’interrogatoire va noter l’existence de pathologie.s associée.s, la présence d’épisodes antérieurs ou de troubles mictionnels évocateurs. Avant tout, l’examen recherche une fièvre prostatite ou pyélonéphrite. Il portera sur vos fosses lombaires. En cas de pyélonéphrite, vous remarquerez des douleurs à la palpation rénale. Chez l’homme, le toucher rectal peut aussi être un signe d’infection urinaire. En quelques minutes, le diagnostic peut être orienté à l’aide de la bandelette urinaire révélant la présence de polynucléaires neutrophiles et de nitrites au niveau des urines. L’ECBU pourra confirmer le diagnostic car la bactérie responsable pourra être identifiée plus précisément.

Un prélèvement peut également être réalisé en cas de septicémie, c’est-à-dire lorsque les bactéries atteignent le sang. L’antibiothérapie est la base du traitement de l’infection urinaire. Le traitement des facteurs favorisants ainsi que la majoration des boissons seront également nécessaires. En cas d’urétrite ou de cystite simple, un antiseptique urinaire, un traitement antibiotique court ou un traitement monodose en prise unique pourra régler le problème. Un traitement plus poussé peut également être nécessaire en fonction de la gravité de la situation.

Comment peut-on prévenir les infections urinaires ?

Ma contamination de la vessie peut être facilitée par de multiples facteurs. Parfois, de simples conseils hygiéniques suffisent pour vaincre la maladie surtout chez la femme. Pour prévenir les infections urinaires, il faudra boire plus d’un litre et demi d’eau par jour. En étant détendue, effectuez des mictions complètes. Évitez de vous retenir lorsque vous avez envie d’uriner. La pratique d’une toilette vulvaire avec du savon permet également de prévenir les infections urinaires. Après les selles, il faut effectuer une bonne toilette. Après les rapports sexuels, il faut uriner immédiatement.

Les utilisations de l’arpagophytum pour soigner les chevaux
Acheter de la tisane au CBD en ligne