Le business des nouvelles technologies en France

nouvelles technologies en France

Cela fait quelques années que l’univers de la tech connaît une croissance singulière. Alors que l’économie en Europe a tendance à stagner, la France est en passe d’en devenir le moteur. Les enjeux européens sont énormes : disposer de ses propres grands multinationaux, à l’image des GAFAM aux Etats-Unis, ou des BATX chez les chinois. De son côté, la France n’a pas à rougir en matière de tendances. 

La technologie est ses différents sous-secteurs

Aujourd’hui, si vous entendez le terme « french tech », cela fait en réalité référence au business France dans le secteur des TIC (technologie de l’information et de la communication). Ce dernier se divise en deux sous-catégories: les services TIC et les producteurs proprement dits. Ici, le terme Producteurs désigne tous les moyens techniques engagés dans la mise en œuvre des TIC. Cela passe par la production, la manipulation, la conversion, le stockage ou encore la gestion de l’information en vue de la communiquer. Cela inclut par exemple les serveurs, les appareils de communication ou l’équipement informatique. Quant aux services, il s’agit des diverses classes communément connues à travers le service téléphonique, d’échanges de datas informatiques ou de communication Internet, etc. À part cela, il ne faut pas oublier le software ou tous les logiciels.

Dans la pratique, un créateur de logiciels est classé parmi les producteurs TIC. Un software donne en effet l’accès à un quelconque service informatique dans un domaine technique bien déterminé. La distinction entre multimédia, informatique, audiovisuel et télécommunications est aujourd’hui presque inexistante, comme en témoignent les offres des différents opérateurs téléphoniques actuels.

French Tech : une évolution rapide des technologies

Depuis 2013, on constate une croissance du secteur de la tech en France – autrement dit, de la french tech. Forte de 22 621 startups et 3 131 grandes entreprises dans le secteur de la technologie, la France apparaît comme un pays particulièrement attractif et capable de générer croissance et emploi. Le Gouvernement a placé la barre haute : atteindre 25 licornes d’ici à 2025, au service de la relance. Dans cet objectif a été créé le French Tech Next40/ French Tech120 : un programme qui vise des startups prometteuses en France, ayant déjà atteint un seuil défini de maturité, comme l’indiqueraient leur chiffre d’affaires ou les investisseurs. Hors start-ups, la France dispose de très beaux noms de la technologie mondialement connus. Le Cloud est une technologie très tendance, offrant l’accès à certaines ressources techniques telles que l’archivage de données ou une puissance de calcul à travers la fourniture de services personnalisés. Un cloud est proposé sous le modèle « everything as a service », sauf que les niveaux d’abstraction technique sont variables.

Mis à part le french tech, le gouvernement français s’est engagé à faire du développement et de la promotion des technologies numériques.

Les principales tendances du secteur de la tech

Actuellement, on ne peut plus parler d’innovation technologique en business france sans faire référence à l’IA. En effet, cette dernière se trouve dans tout ce qu’on utilise au quotidien, que ce soit les moyens de transport, le traitement d’images et de données dans le secteur médical, la maintenance prédictive dans le milieu industriel ou encore la lutte contre les menaces liées au cyber-attaques. Les puces créées en matière d’IA, qui accomplissent ou activent des fonctions d’apprentissage automatique, sont actuellement en plein essor. Selon les prévisions des chercheurs, le nombre d’intelligence artificielle (IA) vendues en 2020 a passé le cap des 750 millions. On prévoit également un pourcentage de croissance proche de 20 % annuel cette décennie.

Par ailleurs, on considère actuellement le web des objets comme le Web 3.0. Il désigne le lien entre les objets et Internet, ou entre les environnements physiques et les lieux. La discipline est retrouvée dans divers domaines d’application : du tri des déchets à la planification urbaine, les gadgets d’interaction sociale, l’environnement urbain durable, les services d’urgence, en passant par les achats mobile, la domotique ou encore les compteurs intelligents. Des recherches de Fortune Business Insight estiment que le marché d’Internet à l’échelle mondiale pour les objets (IoT) est estimé à 250 milliards USD en 2019. Cela devrait arriver jusqu’à 1 463,6 milliards USD dans 6 ans, avec un taux de croissance d’une moyenne de 24,9 % au cours de la période de prévision.

Paul Morlet et sa carrière d’entrepreneur
Quels sont les objectifs de la gestion d’entreprise ?